Les agronomes comme intermédiaires entre la société industrielle et l’agriculture paysanne

Experts et conseillers sont considérés comme les piliers des sociétés (post)modernes de la connaissance. Cela vaut également (voire surtout) pour le secteur agricole, où les agronomes jouent un rôle central dans la politique et la pratique depuis la fin du XIXe siècle en tant qu’experts, enseignants et conseillers, à l’échelle nationale et internationale. Ce projet de recherche se penche sur le groupe social le plus important dans cette optique en s’intéressant aux ingénieurs agronomes qui ont été formés en Suisse, exclusivement à l’EPFZ, jusqu’à la fin des années 1960.


En partant de la perspective d’une « socialisation de l’agriculture » développée dans l’historiographie récente de l’agriculture en Suisse, on s’interroge sur le rôle des agronomes aussi bien dans le développement et la formulation que dans la mise en pratique de la politique nationale agricole et alimentaire. Ce projet de recherche s’intéresse à la présence d’experts agricoles de formation scientifique dans l’administration, dans les institutions de formation, de conseil et de recherche agricole, dans les organisations de défense des intérêts des agriculteurs et dans les entreprises privées de transformation et de commerce du secteur alimentaire.

Dans un premier temps, on se penche sur les agronomes en tant que groupe social : d’où viennent-ils, où ont-ils été formés et où travaillent-ils ? Dans un deuxième temps, on cherche à savoir où et comment ils ont influencé la population rurale. Le troisième volet s’intéresse à la diffusion des connaissances spécialisées et/ou agricoles dans les domaines de la politique, de l’économie et des sciences.
Le quatrième volet, enfin, s’attache à comparer les résultats obtenus pour la Suisse aux conditions prévalant en Irlande et en Grande-Bretagne, afin de savoir si (et, le cas échéant, pourquoi) la Suisse constitue un cas particulier dans ce domaine.

Ce projet est lié à la conférence « State agricultural policies : causes, implementation and consequences », organisée à Berne en mai 2008 par les Archives de l’histoire rurale, dans le cadre de l’action COST A 35.